Numero 43/2019

21 Ottobre 2019

Elisabeth Pierre: fondatrice de « Bierrissima » se raconte au public italien

Elisabeth Pierre: fondatrice de « Bierrissima » se raconte au public italien

Tweet


Dans cette interview, j’aimerais vous présenter une femme de la scène de la bière française et internationale : Elisabeth Pierre. Elisabeth se qualifie comme zytologue. Elle est une experte en bière, sommelier de la bière et formatrice professionnelle. Elisabeth est active dans ce secteur depuis plus de 25 ans: son objectif est la transmission de la science de la bière, dans ses dimensions culturelle, technique, gustative et gastronomique. C’est une passion, un métier, une exigence de transmission.

Nous sommes très heureux de pouvoir accueillir Elisabeth Pierre dans notre section “Les Femmes et la bière” Voyons ce qu’elle nous a raconté pour notre Journal:

.

.

 

 

Elisabeth, vous avez une longue expérience dans le monde de la bière, pouvez-vous nous raconter comment tout a commencé ?

Tout a commencé quand la brasserie française, dans les années 1990, souffrait d’une image négative, d’un manque de soutien de la part de l’opinion publique, au moment de l’arrivée de la Loi Evin, le contexte était donc plutôt négatif, et la filière cherchait une personne qui améliore l’image de la bière et les relations avec les prescripteurs. J’avais une expérience professionnelle l’industrie agro-alimentaire avec des problématiques semblables, j’ai donc été sélectionnée pour ce poste, au sein de la fédération des Brasseurs de France.

Au-delà des actions entreprises sur les plans gastronomiques, scientifiques, et médiatiques, j’ai eu la chance de rencontrer des figures de la brasserie, des personnes emblématiques qui m’ont beaucoup apporté et qui ont contribué à développer ma passion pour la bière. J’ai commencé à travailler avec les chefs de la gastronomie, pour les sensibiliser aux goûts des bières. C’était le début de ce mouvement en France. Et je n’ai jamais arrêté depuis !

.

.

 

Quels sont vos projets en cours, le projet « Bierrissima », comment est-il né, les objectifs, les résultats obtenus et les idées pour le futur ?

Bierissima est né pour contribuer au développement de la connaissance de la bière auprès des professionnels et des consommateurs.

Bierissima s’articule sur 3 dynamiques:

–          La formation professionnelle: mon tout premier métier était l’enseignement. La transmission est essentielle pour moi. J’ai donc créé l’Académie Bierissima qui propose aux porteurs de projets (brasseries, caves, bars, restaurants) ou aux professionnels en activité des modules de formation sur mesure et personnalisés. J’interviens aussi pour des universités comme l’Université de La Rochelle, l’Université du Vin de Suze la Rousse, d’Avignon…et pour des organismes de formation professionnelle pour les fromagers et les cavistes.

–          L’animation : les ateliers dégustation se tiennent soit sur demande (de particuliers, d’entreprises) soit lors des festivals (Aude à la Bière à Gruissan en mars 2019…). Plusieurs thématiques sont déclinées : bières et huitres, bières et saucisses, bières & légumes, bières et fromages, bières et chocolats.

.

.

–          Les médias : écrits : avec le magazine Bières & Mets, édition papier et webmagazine, et la radio : émission « La Brasse » sur Ground Control à Paris.

 

.

.

Vous êtes l’auteur de nombreux livres (manuels) qui ont pour thème la bière, pouvez-vous énumérer quelques titres et nous parler de l’un d’entre eux en particulier ?

J’ai commencé à écrire sur la bière avec la 1ere édition du Guide Hachette des Bières, qui fonctionne comme le Guide Hachette des Vin. Ce sont des dégustations à l’aveugle, les bières sont dégustées et évaluées selon mon protocole de dégustation.

La 3° édition du Guide Hachette des Bières sortira en septembre 2020…

.

.

Cette année, j’ai écrit «La Petite Encyclopédie de la Bière», qui vient de sortir dans les librairies. C’est un condensé des fondamentaux de la bière et des différents types de bières.

Aussi “Birrologia, comprendere la birra in 100 disegni e schemi” qui est en italien !

 

Est-ce que vous pensez que les femmes ont besoin d’un soutien particulier pour accéder et activer dans ce secteur ?

Les femmes ont bien sûr besoin de soutien surtout pour être mises en lumière dans ce secteur, pour se faire connaître.

.

.

C’est pour cette raison que j’ai créé le Cercle Bierissima, qui a pour mission de fédérer les femmes qui œuvrent dans la bière, brasseuses, cavistes, restauratrices, sommelières, fromagères, bar tendeuses, …

C’est un réseau pour promouvoir leurs initiatives, les rendre plus visibles et développer les échanges, l’entraide, le partage.

Afin d’illustrer nos métiers par une action commune concrète, nous brassons de façon collective des brassins Bierissima.

https://www.facebook.com/CercleBierissima/

https://bierissima.com/le-cercle-bierissima/

 

Une femme qui travaille dans ce secteur comment-elle vu en France?

Il y a une grande différence entre la façon dont j’étais vue il y a 20 ans, et maintenant. Les choses ont énormément changé, les femmes sont plus nombreuses dans l’univers de la bière maintenant. C’est moins surprenant que dans mes débuts.

 

Quelle est votre relation avec l’Italie, à votre avis, de quoi avons-nous encore besoin pour améliorer la situation de la bière artisanale ?

J’ai beaucoup d’admiration pour les brasseurs italiens qui ont su mettre en valeur leur « Italian Grape Ale » les premiers !!!

Je trouve que les brasseurs italiens « osent », comme par exemple miser sur la restauration, la gastronomie

Ils sont aussi très créatifs dans l’approche bières et cocktails, j’ai vu notamment à Milan cette tendance, très intéressante.

 

Pour plus d’information : www.bierissima.com

Tweet


Info autore

Lina Zadorojneac

Nata in Moldavia, mi sono trasferita definitivamente in Italia per amore nel 2008. Nel 2010 e 2012 sono arrivati i miei due figli, le gioie della mia vita: in questi anni ho progressivamente scoperto questo paese, di cui mi sono perdutamente infatuata. Da subito il cibo italiano mi ha conquistato con le sue svariate sfaccettature, ho scoperto e continuo a scoprire ricette e sapori prima totalmente sconosciuti. Questo mi ha portato a cambiare anche il modo di pensare: il cibo non è solo una necessità, ma un piacere da condividere con la mia famiglia e gli amici. Laureata in giurisprudenza, diritto internazionale e amministrazione pubblica, un master in scienze politiche, oggi mi sono di nuovo messa in gioco e sono al secondo e ultimo anno del corso ITS Gastronomo a Torino, corso ricco di materie interessanti e con numerosi incontri con aziende produttrici del territorio e professionisti del settore. Il corso ha come obiettivo la formazione di una nuova figura sul mercato di oggi: il tecnico superiore per il controllo, la valorizzazione e il marketing delle produzioni agrarie e agro-alimentari. Così ho iniziato a scrivere per il Giornale della Birra, occasione stimolante per far crescere la mia professionalità.